Cthulhu, l’appel du jeu de rôle

Non, le jeu de rôle n’est pas réservé aux geeks et autres ados mâles de 14 ans ! Non, il n’y est pas question que de dragons et de donjons. 
Est-ce le succès de Strangers Things et son revival années 80,  toujours est-il que le jeu de rôle semble sortir de sa cave pour gagner un plus large public, avec notamment la (res)sortie de l’Appel de Cthulhu proposée par Edge, cette fois en boîte de base  pour s’initier  à l’univers de Lovecraft et au jeu de rôle.  
Nous ferons de même ici : en partant de Cthulhu, nous nous intéresserons aux compétences développées par la mécanique du jeu de rôle dans sa globalité.

1 ) Les règles du jeu de l’appel de Cthulhu

La force de Cthulhu, et plus largement du jeu de rôle, est le nombre de règles très limité et la liberté qui règne une fois acquise la mécanique. 
Le kit d’initiation contient les règles de base, des fiches personnages, les fameux dés 4, 6, 8, 10, 20 et 100, et plusieurs scénarios pour se lancer dans l’univers de Lovecraft et plus globalement dans  l’aventure du jeu de rôle. 

Quel est le déroulement d’une partie  ?
Un maître du jeu (gardien des arcanes dans Cthulhu) conçoit et scénarise une aventure que vont vivre les autres joueurs. Chaque joueur incarne un personnage qu’il va créer et construire, avec ses caractéristiques (force, intelligence, dextérité, apparence, …), ses équipements (diverses armes, armures, livres, …), ses compétences ( de la comptabilité à la médecine, des langues pratiquées aux compétences sportives, …) et son histoire tout bonnement (son nom, son âge, où a-t-il grandi, quelles épreuves a-t-il traversées, …). Le joueur pourra garder son personnage durant plusieurs aventures, il gagnera ainsi des compétences, des équipements et évoluera au fil des scénarios vécus. 

Les aventures jouées sont de véritables récits, avec des rebondissements, des actions à réaliser et un dénouement à atteindre. Les joueurs se laissent guider par le maître du jeu  qui n’est autre qu’un conteur : il plante le décor, décrit les situations et les rencontres, détaille les actions possibles pour mener tout le monde au dénouement. 

La partie se compose essentiellement d’échanges verbaux, mais aussi de jets de dé qui vont permettre la résolution des conflits. Par exemple, votre personnage enquête sur une scène de crime. Si vous êtes inspecteur, vous aurez sûrement la compétence déduction qui vous permettra de comprendre un élément de l’histoire après avoir trouvé un indice. Si vous exercez une autre profession, ce sera peut-être une compétence observation qui vous permettra d’accéder à un autre élément de l’histoire. Encore faut-il réussir le jet de dé pour que la compétence puisse être mise en œuvre. Sinon, il faudra trouver un autre moyen de poursuivre l’enquête. 

Le kit de base de l’appel de Cthulhu propose un scénario à jouer en solo par le maître du jeu pour acquérir les bases ainsi que 3 aventures complètes pour bien commencer, convaincre des amis ou votre famille de jouer avec vous et vous inculquer la mécanique. Après, ce sera à vous de vous lancer !

2) Les compétences mises en oeuvre dans l’Appel de Cthulhu

  • Concevoir une histoire

Un jeu de rôles réussi est avant tout une histoire passionnante. Et le maître du jeu aura à coeur de tenir ses joueurs en haleine en écrivant une intrigue complète avec un début, un milieu et un dénouement, des personnages hauts en couleur, des rebondissements, des fausses pistes, une atmosphère travaillée, etc… Un vrai travail de scénariste. 

  • Anticipation

En écrivant son récit, le maître du jeu doit penser à tous les détails. Rappelons que ce sont les questions des joueurs qui vont les faire avancer dans l’intrigue. Il n’est donc pas à l’abri de questions très pointues sur un lieu visité ou un personnage rencontré. Mieux vaut avoir anticipé les détails les plus fous. 
Même lorsqu’il utilise un scénario tout prêt, comme il est possible de faire avec l’Appel de Cthulhu, il est nécessaire de se l’approprier et d’anticiper le maximum de questions. Sinon, pas de panique, il reste toujours l’improvisation.

  • Imagination / Improvisation

Le jeu de rôle est une formidable école pour laisser libre cours à son imagination. Qu’il s’agisse de concevoir un univers à partir de rien (si vous souhaitez vous éloigner de l’univers de Lovecraft et créer vos propres histoires) ou même de se couler dans une histoire pré-écrite, il faut inventer son personnage, imaginer sa vie passée, ses réactions face à des situations extrêmes en cohérence avec ses caractéristiques, imaginer des détails supplémentaires dans le scénario. 
Il faut également être capable de réagir aux péripéties inventées par le maître du jeu. Lui-même devra s’adapter aux joueurs qu’il a en face de lui : il aura beau avoir beaucoup anticipé, il n’est pas à l’abri d’un comportement surprenant auquel il devra répondre tout en restant cohérent avec son intrigue. 

  • Expression orale

On l’a dit, la partie se compose essentiellement d’échanges verbaux. Le maître du jeu doit réussir à peindre la situation et mettre ses joueurs dans l’ambiance en quelques mots ; et les joueurs à faire comprendre leurs actions et leurs motivations rapidement. Si tous les participants arrivent à bien entrer dans leur personnage, on peut même arriver à un véritable atelier théâtre : élocution, émotions, souffle, rythme, tout y est !

  • Recherches historiques

La force du jeu de rôle, c’est qu’il s’adapte à tous les univers. Oui, les personnages peuvent évoluer dans un univers d’heroic fantasy, mais pas que. Il peut s’agir aussi d’une enquête dans la Renaissance, ou même d’une aventure spatiale ou sur une autre planète. 
Comme dans un roman ou un film, pour que l’histoire soit crédible, il faut parfois faire des recherches pour dresser un contexte historique fouillé.  L’aventure n’en sera que plus forte. 
Ainsi l’appel de Cthulhu se déroule dans les années 20 aux Etats-Unis et le scénario a bien inclus la Prohibition. Donc attention au joueur qui souhaitera soudoyer un personnage avec une bouteille d’alcool : s’en procurer à l’époque était illégal et un jet de dé pourrait mettre à mal vos compétences ou vous mettre en danger. Mieux vaut donc connaître son Histoire. 

  • Écoute / Concentration

Les sessions de jeu peuvent s’étaler dans la durée. Il n’est pas rare que des parties durent 3, 4 heures, voire plus. Il faut donc être attentif aux détails et aux questions des autres pour éviter de rallonger la partie mais aussi aux réponses du maître de jeu pour ne manquer aucun détail susceptible de faire avancer l’aventure. Rien de tel que de prendre des notes et synthétiser les faits importants sur une feuille de papier. 

  • Probabilités / Calcul

Comme expliqué, la résolution des conflits se fait en lançant les dés. Certaines situations sont si critiques durant l’aventure que les compétences du joueur sont amoindries et peuvent être réduites de moitié, voire des ⅘. Il faudra alors calculer le score à réaliser. 
Mais les probabilités sont davantage utilisées par le maître du jeu lors de la conception de l’aventure. Il doit être capable en imaginant les rebondissements et les péripéties d’estimer les compétences qui devront être nécessaires et, en fonction du danger, d’évaluer les scores nécessaires. Plus le danger est grand, plus la chance de succès sera faible. A lui d’évaluer les probabilités de réussite et donc le score à réaliser par les joueurs. 

L’Appel de Cthulhu, et plus globalement les jeux de rôles, consiste en une mécanique simple, facile à mettre en place, et aux possibilités illimitées. Vous n’aurez besoin que d’un crayon, d’une feuille de papier et de quelques dés pour partir explorer le monde dans ses moindres recoins. L’imagination n’a pas de limites. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :