Clank, multitâche et résilience au pays du dragon

Clank est un excellent jeu de deckbuilding proposé par Renegade. Il se joue de 2 à 4 joueurs. Pour rappel, le deckbuilding ( de Deck paquet et building construction) est une mécanique où le joueur doit constituer et faire évoluer son paquet de cartes pour avoir le meilleur jeu possible (retrouvez des explications plus détaillées ici).
Très drôle, interactif, bourré de suspense, il est extrêmement riche et met en oeuvre beaucoup de compétences variées. Voyez plutôt. 

1 ) Les règles du jeu de Clank

Vous êtes un aventurier parti piller les souterrains d’un château. Collectez des trésors et recrutez des alliés pour obtenir le plus grand nombre de points de victoire à la fin de la partie et être désigné “plus grand voleur du Royaume”. Mais, attention, pas un bruit… au risque de réveiller le dragon et de ne pas sortir vivant des profondeurs. 

Clank est un jeu de deckbuilding : chaque joueur commence donc avec 10 cartes similaires. A son tour de jeu, il tire 5 cartes et doit (ou non) accomplir les actions suivantes : 

  • se déplacer sur le plateau de salle en salle. Il peut y trouver des jetons secrets, qui l’aideront dans sa sale besogne, ainsi que des artefacts (valant de 5 à 30 points). Il faut au moins un artefact pour avoir le droit de sortir du château
  • acheter de nouvelles cartes grâce aux points de compétences, affichées sur les cartes en sa possession. Il va ainsi pouvoir améliorer son deck de tour en tour, et gagner en compétences et en roublardise. Certaines cartes amènent en outre des points de victoire, comptabilisés à la fin.
  • taper des monstres s’il en a la possibilité pour amasser argent et coups spéciaux. 

Mais attention, les souterrains sont dangereux et chaque joueur peut perdre la vie.
Chacun entame son périple avec 30 cubes Clank (ils symbolisent le bruit que fait le joueur en accomplissant ses actions). Certaines cartes coûtent des clank, alors entreposés dans un petit sac noir, avec les cubes Dragon. A chaque réveil du Dragon (à l’apparition du symbole Dragon sur les nouvelles cartes piochées), des cubes sont tirés au hasard du sac : ils représentent les points de vie du ou des joueurs dont la couleur est piochée. Au bout de 10 points de vie perdus, vous êtes mort !

Petite subtilité : le plateau se compose de 2 parties, les salles du château et les profondeurs. Si le joueur meurt dans les profondeurs, aucun de ses points ne sera comptabilisé. S’il parvient à sortir du château, il se voit attribuer un jeton de victoire rapportant 20 points. 

2) Les compétences mises en oeuvre dans Clank

  • Prendre des décisions

Clank, nous l’avons dit dans la présentation est un jeu de deckbuilding. L’une des actions principales va donc être de se constituer et faire évoluer son paquet de cartes, en ayant bien en tête de maintenir un équilibre entre déplacements, points de combats, pouvoirs spéciaux et points de victoire. 
Chaque tour va être l’occasion d’acheter de nouvelles cartes, en fonction des points de compétences portées par celles qu’on vient de tirer. Le nombre de cartes que l’on va pouvoir acheter par tour n’étant pas infini, il s’agit de les choisir avec soin. 

On l’aura compris, les déplacements sont vitaux pour progresser rapidement sur la carte (et devancer ses adversaires dans l’acquisition d’artefacts ou de jetons secrets), mais il ne faut pas négliger les points de combats. Nécessaires pour emprunter certains chemins sur le plateau sans perdre de points de vie (le château est truffé de monstres), ils sont également utiles pour taper certains monstres qui rapportent alors argent (nécessaires à l’achat d’objets facilitant votre quête ou vous rapportant des points de victoire), points de compétences ou pouvoirs spéciaux. A ne pas négliger donc.
Certaines cartes, en plus des déplacements ou des points de combats qu’elles délivrent, offrent des pouvoirs intéressants, mais elles peuvent aussi représenter un danger. Alors dois-je acheter ou pas ? Deux exemples : 

  • la mort aux trousses : peu chère en points de compétences, elle permet de se déplacer durant tout le tour où elle est tirée en ignorant les obstacles du parcours. Parfait ! Mais attention, à chaque fois qu’elle sort, je devrai mettre 2 cubes clank, et donc augmenter le risque de voir un de mes cubes sortir à la prochaine apparition du dragon. Peut-être un peu dangereux en début de partie car elle risque de sortir souvent… 
  • les pierres précieuses: d’autant plus chères qu’elles rapportent beaucoup de points de victoire, elles permettent à chaque fois qu’elles sont tirées de piocher une carte supplémentaire. Intéressant car je peux augmenter ainsi mes points de compétences et donc acquérir plus de cartes, en plus des points de victoire accumulés pour la fin de partie. Mais attention, je devrai déposer 2 cubes clank à l’acquisition…

Enfin, la meilleure décision à prendre est parfois…  de ne rien acheter. Il ne s’agit pas de diluer son deck avec des cartes peu intéressantes. Ainsi, en début de partie, est-il raisonnable d’acheter un Livre des secrets qui, certes, rapporte 7 points de victoire au final, mais rien d’autre ? Donc à chaque fois que la carte sortira parmi mon tirage de 5, elle prendra la place d’une carte qui aurait pu me rapporter déplacement, points de combat ou coup spécial. 
Equilibre, on vous dit !

Choisir des cartes donc, mais choisir aussi quels chemins emprunter. 
Rappelons-le, le but du jeu est de finir avec un maximum de points. L’artefact, indispensable pour sortir du château, ne suffit souvent pas à gagner. Il est donc bon de se promener dans les différentes salles à la recherche de jetons secrets qui peuvent renfermer de riches trésors (comme des calices à 7 points de victoire), des potions de soin (pour récupérer des points de vie), des potions de déplacements, des points de compétences, de l’argent…  Mais attention, les salles qui les abritent peuvent être gardées par des monstres  : est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? 
Se promener et piller le château, oui, mais pas trop longtemps non plus, le dragon veille. Il ne faut pas oublier de garder l’oeil sur les points de vie car plus le jeu avance, plus chaque réveil du dragon peut être fatal. Pour rappel, lorsqu’on meurt dans les profondeurs, les points ne sont pas comptabilisé DU TOUT ! Alors, parfois, comme à Fort Boyard, la meilleure option est de sortiiiiiiiiiiiiiiiiir.
Vous avez dit équilibre ?  

  • calculer les probabilités

Pour faciliter les prises de décision, il y a heureusement ces chères statistiques. 
24 cubes dragon dans le petit sac noir en début de partie. Et au fur et à mesure du jeu, combien de mes cubes Clank se sont retrouvés dans le sac ? Et combien pour mes adversaires ? C’est le paramètre à prendre en compte pour savoir si je dois sortir rapidement ou si mes clank ont peu de chance d’être tirés lors du prochain réveil du dragon.
Il faut également constamment évaluer son jeu, avoir une idée du nombre de cartes déplacement, de coups spéciaux et de points de combat qui peuvent potentiellement sortir au prochain tirage. Là encore, c’est une bonne aide à la prise de décisions : est-ce que j’emprunte ce chemin qui nécessite de taper des monstres, est ce que j’aurai des coups ou cela va-t-il me coûter des points de vie ? J’aimerais rester un tour de plus mais est-ce que j’aurai encore des déplacements pour sortir ? 

  • Adapter sa stratégie

On peut estimer son jeu, donc, parier sur les cartes qui vont sortir. Mais on n’est jamais sûr de rien. La parade : toujours avoir plusieurs scénarios en tête à chaque tour. Prévoir plusieurs chemins, viser plusieurs artefacts ou cartes, et savoir s’adapter si la chance n’est pas au rendez-vous. 
Je comptais me promener un peu dans les profondeurs pour m’enrichir, mais 2 dragons se sont réveillés coup sur coup, et il ne me reste plus que 2 points de vie. Finalement, je sors le plus vite possible, au moins des profondeurs. 
je visais l’artefact à 30 points, mais un de mes adversaires vient de s’en emparer. Je ravale ma frustration pour établir une autre stratégie. 
On s’adapte !

  • Gérer ses frustrations

Bien sûr, dans tous les jeux, il faut savoir accepter la défaite, c’est une des principales vertus pédagogiques des jeux de société. Mais à Clank, la frustration peut parfois être énorme : se faire voler un artefact sous ses yeux et se rendre compte qu’il ne reste plus que celui à 5 ou à 7 points… Ne pas avoir assez de points de compétences pour s’acheter un livre des secrets et ne se voir proposer aucune autre carte de valeurs… plusieurs tours de suite (oui, c’est du vécu). Mais surtout, surtout… être à deux doigts de sortir des profondeurs, voir un dragon se réveiller et mourir, sans qu’aucun de mes points ne soit comptabilisé. Aaaaaaaaaaargh…
Clank est donc aussi un très bon jeu pour apprendre à maîtriser ses émotions !

  • Observer

Quelles cartes ont acheté mes adversaires ? Quels jetons ont-ils récolté ? Combien de clank ont-ils déposé ? Il est important de surveiller le jeu des autres pour pouvoir décider de sa stratégie et anticiper ses mouvements : il vise l’artefact à 30 points, il a un peu d’avance sur moi et a acheté plus de déplacements ; peut-être vaut-il mieux que je change d’objectif. Il a mis beaucoup de clank tout au long de la partie, donc statistiquement, ce sont plutôt ses cubes qui devraient sortir lors du prochain réveil du dragon ; j’ai encore un peu de temps pour piller.

  • Calculer

Compter son score final est un bon exercice de calcul mental car il existe beaucoup de sources de points : l’argent, les points de victoire des cartes, les points de victoire des artefacts, ceux des jetons secrets, du jeton de sortie, … C’est donc une bonne gymnastique car il y a beaucoup de petits chiffres à additionner. 
Il est bon aussi de calculer au cours de la partie son propre score prévisionnel et celui des autres, pour savoir où on se situe et quelle stratégie adopter : stop ou encore ? Je sors et je déclenche ainsi le compte à rebours final, ou je continue à m’enrichir car je pense être loin derrière les autres en terme de points? 

  • Paralléliser les tâches

A la fois jeu de deckbuilding mais aussi jeu de plateau avec sa progression dans le château et le plan des différentes salles à appréhender, Clank nécessite de prendre en compte beaucoup de paramètres en même temps : l’achat des cartes et des objets, la progression sur le plateau, la succession des étapes qui ne se fait pas forcément dans le même ordre à chaque tour de jeu mais qu’il ne faut pas pour autant oublier  (je peux d’abord acheter mes cartes puis procéder à mes déplacements ou le contraire ; mais peut-être dois-je d’abord acheter un objet au marché qui va ensuite me permettre de me déplacer), …
C’est donc une vraie gymnastique mentale qui se met en oeuvre à chaque tour, et qui se révèle très riche pour les joueurs et très vite naturelle. 
Les débuts du multi-tâches en somme.

Après avoir lu ça, vous vous dites : wahou, ça a l’air compliqué ! Et bien détrompez-vous, la beauté de ce jeu, en plus de toutes les qualités citées en introduction, c’est qu’il se prend en main très rapidement. Mon fils, joueur averti, certes, a commencé ses premières parties à 8 ans, et a très vite saisi la mécanique du jeu. 
Last but not least, l’éditeur sort régulièrement des extensions, de quoi renouveler l’expérience régulièrement. Le dragon va donc avoir fort à faire pour protéger son trésor car vous n’êtes pas prêt de vous lasser !

Un avis sur “Clank, multitâche et résilience au pays du dragon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :