Rébus – Solutions

Les Enchaînés d’Hitchcock
(Lait-Hanche-Chai-Nez-Dit-Ich-Coque)
Un film de 1946 avec le merveilleux Cary Grant, tout en noirceur et en ambiguïté, comme souvent chez Sir Alfred, et Ingrid Bergman éperdument amoureuse. Du pur Hitchcock : triangle amoureux, espionnage et politique. Somptueux.

L’étrange Noël de monsieur Jack
(Lett-Rang-Jeu-No-Hèle-Deux-Meuh-Siège-Hack)
Un film d’animation de 1993 de Tim Burton (bien qu’achevé par Henri Selick) qui aura nécessité plus de 3 ans de production. On ne sait pas ce qu’on préfère, l’histoire, l’animation ou la musique !

Le Père Noël est une ordure
(Le-Pet-Renne-Eau-Ale-Haie-Thune-Or-Dur)
Un film et une pièce de théâtre qu’on ne présente plus, incarnés par l’équipe du Splendid.

Battle Royale
(Bas-tel-Rot-A-Yale)
Un film de Kinji Fukasaku, sorti en 2000 avec le génial Takeshi Kitano. L’histoire : dans un Japon du futur, une classe de terminale est  tirée au sort chaque année pour partir s’entretuer dans un lieu isolé. Au bout de 3 jours, il ne peut qu’en rester qu’un…

La Reine des Neiges
(Lard-Haine-Dés-Nez-Jeu)
Libéré, délivré… C’est ce qu’a dû se dire le studio Disney lors de la sortie du long-métrage puisque une adaptation du conte d’Andersen a été envisagée dès 1940 mais n’a vu le jour qu’en 2013, donc.

Liberté, égalité, choucroute
(Lit-Berthe-Thé-&-Gale-Lit-Thé -Chou-Croûte)
Le dernier film de Jean Yanne sorti en 1985, qui présente la Révolution française de manière parodique.

C’est arrivé près de chez vous
(7 – are – rive – haie – pré – 2- chève -Houx)
Un ovni tout droit venu de Belgique en 1992, qui révéla au monde le talent de Benoît Poelvoorde (et de Rémy Belvaux). 

Les bronzés font du ski
(Leeb bronze & fondue ski)
A l’origine c’est Étoile des neiges qui aurait dû être chantée par Michel Blanc dans la célèbre scène du télésiège. Mais les droits d’utilisation étaient trop élevés. Pierre Bachelet et son comparse imaginèrent donc une musique très semblable, mais sans accusation de plagiat possible, et obtenurent Quand te reverrai-je…  quasiment plus célèbre aujourd’hui !

Pas de printemps pour Marnie
(Pas-deux-P(R)ain-temps-Pou-R-Mare-Nid)
La seule collaboration entre Sean Connery et Hitchcock en 1964. Très désireux de tourner avec le maître du suspense, notre 007 demanda tout de même à lire le scénario avant d’accepter le rôle. Shocking !  

Terminator
(Thermes-Mine-Aaaaaaaah-Thor)
Le film de James Cameron sorti en 1984. Fun fact : aucun acteur n’était très emballé de jouer dans ce film, Schwarzenegger le qualifia même de “film de merde” avant le tournage, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’un film culte.

Il était une fois dans l’Ouest
(Ile – été – thune- foie – dent- loup – est )

Le western spaghetti mythique de Sergio Leone. Fun fact : Jean-Paul Belmondo aurait souhaité intégrer le casting mais le réalisateur avait déjà porté son choix sur Charles Bronson. 

Vol au dessus d’un nid de coucou
(Veau l’eau dés sue daim nid 2 cou cou)
Le film de Milos Forman sorti en 1975 et son inquiétante infirmière Mildred Ratched. Ratched qui a désormais sa propre série, créée par Ryan Murphy et présentée comme un prequel du film. A voir sur Netflix.

Dunkerque
(Din – Ker – Queue)
Un film spectaculaire de Christopher Nolan de 2017 qui raconte l’évacuation des troupes britanniques de la poche de Dunkerque. Là encore, le réalisateur joue avec le temps puisque l’histoire est racontée de trois points de vue différents et donc avec trois temporalité différentes (une semaine, une journée, une heure)

La cité de la peur
(la – scie – thé-d-ailes-lape-heure)
Le film de les Nuls sorti en 1994, qui rend hyper content de voir Darmon et Chabat danser la carioca, qui pousse à la consommation de Chewing gums, Emile, qui peut tromper 1 personne 1000 fois euh, 1 fois 1000 personnes… On pourrait continuer longtemps mais attention, ça va trancher.

La momie avec Rachel Weisz
(Lame-Eau-Mie-Ave-Queue-Rat-Chelle-Weiss)
Film de 1999, remake d’un film de 1932, et qui fera lui-même l’objet d’un remake en 2017 avec Tom Cruise.  Comme quoi, cette momie est vraiment immortelle !

Camille redouble
(Ca-Mie-Yeux-Red-Houx-Bleu)
Un film de Noémie Lvovsky sorti en 2012 et qui voit son héroïne quarantenaire revivre ses années lycée grâce à un voyage dans le passé, comme dans  Peggy Sue s’est mariée de Francis Ford Coppola, qui avait beaucoup marqué la réalisatrice lors de sa sortie en 1985.

Jurassic Park
(Jus Rassi Queue Part Queue)
Le film de Steven Spielberg sorti en 1993. Fun Fact : le développement du film avait commencé avant même que le livre de Michael Crichton dont il est adapté soit publié. Michael Crichton a d’ailleurs été engagé pour contribuer au script

La planète des singes
(Lape Plat Net Des Seins Jeu)
Films, livres, séries télévisées et bandes dessinées, la planète des singes voit le jour dans le roman du français Pierre Boulle en 1963 (également auteur du Pont de la rivière Kwaï) et est adapté en 1968 au cinéma avec Charlton Heston.



 Carrie au bal du diable

(quart-riz-eau-balle-d-hue dia-bleu)
le film de Brian de Palma de 1976 adapté, assez librement, du premier roman de Stephen King. 



Les Bijoux de la Castafiore

(lait-bi-joue-d’ailes-la-casta-fille-or)
Un des meilleurs albums de Tintin à mon goût, et où, pour une fois, Tintin ne court pas le monde mais se contente de mener l’enquête au château de Moulinsart. 



Indépendance Day

(1-Depp-An-Danse-Dés)
Un film sorti en 1996, sans Johnny Depp mais avec Will Smith.



Les griffes de la Nuit
(Lait gris feu d’ailes ane 8)
Le premier film de la série des Freddy Krueger, réalisé par le grand Wes Craven et sorti en 1984. Ce slash movie marque aussi les débuts de Johnny Depp à l’écran. 



SOS Fantômes
(SOS-Faon-Tome)
 Le film drôlement fantastique d’Ivan Reitman sorti en 1984 sur les écrans avec un casting de rêve, Bill Murray et Dan Aykroyd en tête. 



Piège de cristal
(Pis-haie-jeu-2-cris-stalle)
Le premier film de la série Die Hard, qui mêle efficacement suspense, action et humour, les marques de fabrique de l’acteur principal, Bruce Willis. 



Orange mécanique
(Eau-Rang-Jeu-Mec-Ane-Nid-Queue)
Le film utlra-violent et dérangeant de Stanley Kubrick, sorti en 1971.


Il faut sauver le soldat Ryan
(Ile – faux -seau-vele-sol -da-rail-ane)
Un film spectaculaire qui valut à Steven Spielberg un second Oscar du meilleur réalisateur.


Les dents de la mer
(Led-An-2-Lame-Air)
Le premier succès mondial d’un petit jeunot nommé Steven Spielberg.


Indiana Jones et le Temple maudit
(1-Diana-Jaune-hèle-temps-pleut-mot-dit)
Le 2e volet des aventures de l’archéologue au lasso, intrépide mais ophiophobe.


Un jour sans fin
(1- joue- R- Sang- Faim)
Une comédie d’Harold Ramis avec le génial Bill Murray, qui revit interminablement la même journée jusqu’à ce que…


Les 400 coups de François Truffaut
(Lait – 400 – cou – Franc – Soie – Truffaut)
Un film de 1959 qui marqua les débuts de la Nouvelle Vague et révéla au grand public le génial Jean-Pierre Léaud.


Au Bonheur des Dames
(Eau – Bonne – Heure – Dés – Da- Meuh)
Le classique d’Emile Zola, publié en 1883, qui raconte l’essor des grands magasins, l’une des innovations du Second Empire.


Fenêtre sur Cour
(Feu-Nez-Tresse-Sue-R-Court)
Un film d’Hitchcock de 1954. Dans ce film, le héros, interprété par James Stewart, assiste à un meurtre et enquête sur son voisin d’en face, le tout depuis sa fenêtre puisqu’il est confiné chez lui à cause d’une jambe cassée.


Pierrot le Fou
(Pis-R-Rot-Leffe-Houx)
Un film de Godard de 1965. C’est dans ce film qu’Anna Karina prononce la célèbre phrase qui pourrait servir d’hymne au confinement que nous avons traversé : “qu’est ce que je peux faire, je sais pas quoi faire” .


La vie est belle, Frank Capra
(Lave-I-Haie-Bêle)
Un film de 1946, une nouvelle idée ciné pour occuper vos soirées.


Les Demoiselles de Rochefort
(Lait – 2 – mois – z’ailes – 2- Roche – Fort)
Le film enchanté de Jacques Demy dont nous ne saurions trop vous conseiller un (re)visionnage dans cette période étrange tant il redonne énergie et moral. C’est d’ailleurs ce qui ressort d’un sondage organisé par @tbarnaud sur Twitter, où les Twittos l’ont élu meilleur film anti-déprime.


Chantons sous la pluie
(Champ-thon-sou-lape-luit)
Une comédie musicale jouissive de Stanley Donen et Gene Kelly de 1952 qui raconte les débuts du parlant à Hollywood.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :